Du Kenya à l’assiette, le parcours pas si vert des haricots En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/02/20/du-kenya-a-l-assiette-le-parcours-pas-si-vert-des-haricots

par Framboise et Chocolat  -  21 Février 2015, 16:23  -  #écologie

Le climat , chaud mais sans canicule , permet de cultiver toute l'année des haricot vert.

Ce qui pose certain problème; le salaire très peu élevé des ouvrières, l'utilisation des pesticides , le gachis des haricots hors norme ( d'autant plus que le haricot n'est pas un aliment du pays et peu aimé des locaux). Un article très ntéressant à lire dans le monde.

Avec des récoltes tout au long de l’année et une main-d’œuvre très bon marché, le Kenya est le deuxième exportateur de french beans, comme on les appelle là-bas, à destination de l’Europe, surtout à contre-saison.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/02/20/du-kenya-a-l-assiette-le-parcours-pas-si-vert-des-haricots_4580825_3244.html#1Ckq5FA1yJARB2hc.99

Comment ne pas ressentir de malaise face à des Kényans mal nourris – la moitié de la population est en situation de pauvreté – en train de préparer à la chaîne des repas destinés à des Européens pressés ?
D’autant qu’avec 250 shillings kényans (2,4 euros) par jour, les 700 ouvriers de la ferme Hippo sont très peu payés, à peine plus que le salaire minimal en vigueur dans le comté (2,1 euros).

http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/02/20/du-kenya-a-l-assiette-le-parcours-pas-si-vert-des-haricots_4580825_3244.html#1Ckq5FA1yJARB2hc.99

« C’est une situation difficile. Pour produire des légumes très peu chers, et satisfaire les consommateurs européens, on doit payer nos salariés au minimal légal, qui est très bas au Kenya. Et si on choisissait de produire de la nourriture pour la population locale, on gagnerait moins d’argent, car les gens ici sont très pauvres. Mais dans le même temps, cette industrie est pourvoyeuse d’emplois. »

Bernard Tinega.

La question de la sécurité alimentaire est exacerbée par le gaspillage alimentaire qu’entraîne la production de nourriture. A la ferme Hippo, entre 30 % et 40 % des légumes finissent à la poubelle (au compost, en l’occurrence) : ceux qui ne sont pas parfaitement droits, réguliers et lisses, ceux qui présentent une morsure d’insecte ou encore ceux qui ne satisfont pas les cahiers des charges européens très précis

http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/02/20/du-kenya-a-l-assiette-le-parcours-pas-si-vert-des-haricots_4580825_3244.html#1Ckq5FA1yJARB2hc.99

Utilisation de pesticides : Particulièrement visé : le diméthoate, une molécule utilisée dans une vingtaine d’insecticides au Kenya et classée cancérogène possible chez l’humain.