Le clip de rap d'enfants de Sarcelles crée le malaise

par Framboise et Chocolat  -  2 Mars 2015, 15:52  -  #société



Accueil
Culture et Médias
Musique

Drogue et violence : le clip de rap d'enfants de Sarcelles crée le malaise
par Yann Bertrand lundi 2 mars 2015 16:06

inShare

En ligne depuis deux mois sur Internet, le clip des Sarcelleslite, de très jeunes rappeurs de Sarcelles, fait l'apologie de la drogue et des armes. Les réactions choquées se multiplient. Le maire de la ville du Val-d'Oise entend saisir la justice.

"On t'allume au mortier", ou encore "on te rafale", "on te canarde"... Les paroles de la chanson 1er Pocheton du groupe de rap Sarcelleslite utilisent les codes bien connus de certains rappeurs français, où violence, drogue et sexe voisinent souvent de rime en rime. Seul problème : le clip met en scène les membres du groupe, en l'occurrence de jeunes enfants, dont certains ont apparemment à peine commencé le collège.

Face à la caméra, devant les barres d'immeubles et les jeux d'enfants du Grand-Ensemble à Sarcelles (Val-d'Oise), les enfants-rappeurs brassent des liasses de billets de 20 euros et manient une arme - factice ou pas - qu'ils n'hésitent pas à braquer vers le cadreur. Mis en ligne le 9 janvier dernier sur YouTube, le clip végétait dans un anonymat auquel est habitué la chaîne Treize K, peu habituée au score de visionnages qu'affiche désormais la vidéo : plus de 80.000. Et l'attention médiatique qui se braque sur le clip devrait encore faire augmenter le compteur

http://www.franceinfo.fr/actu/societe/article/arme-la-main-le-clip-de-rap-d-enfants-de-sarcelles-cree-le-malaise-651233

Intervention du maire de Sarcelle à écouter (il aimerait retrouver les jeunes afin d'exercer une action pédagogique mais aussi les adultes qui sont derrière ces clips ...(et là il n'est pas question d'action pédagogique).

Il veut saisir le procureur de la République

“Ce clip est tout compte fait assez anecdotique, il reprend l’esthétique des clips de gangsta rap français, et illustre assez bien le propos de la chanson Petit frère de IAM : ils veulent jouer aux cow-boys et aux indiens”

Olivier Cachi

On parle de drogue, comme dans les films. Mais ce ne sont pas des dealers, ils vont tous à l’école. Il n’y a rien de méchant, c’est que de la comédie, que des comédiens”.

son réalisateur, un jeune homme de 25 ans,

“On refuse systématiquement la possibilité du second degré au rap, c’est une constante depuis plus de vingt ans,Et on continue à prendre les spectateurs de ces clips pour des idiots culturels, incapables de ne pas les prendre au premier degré”.

le sociologue Anthony Pecqueux.

Le second degré dans le rap..pas de soucis , mais étons sur que les gamins l'ont tous compris ..et plus dir à vérifier est on sur que les auditeurs l'ont compris?

(pise ntre nous comme d'hab , un truc trainant sur le net choque beaucoup de monde , et on nous sert : mais vous n'avez rien compris ; c'est du deuxième degré!...)