Charlie Hebdo entre polémique inquisition...pour la réflexion

par Framboise et Chocolat  -  6 Mai 2015, 16:14  -  #7-1-2015

Sur le coup là , ne comptez pas sur moi pour vous donner mon avis...tout de suite

On ne va pas faire notre inquisitrice , les arguments ne sont pas stupides/ racistes...à écouter/lire

Après avoir annoncé, en mars dernier, son attention d’attribuer le prix du « Courage et de la Liberté d’expression », à Charlie Hebdo, six auteurs membres du Pen Club annoncent qu’ils boycottent cette cérémonie. Ils lancent une pétition sur le site The Intercept, bientôt signée par quelques 204 écrivains américains.

Russell Banks Sylvie Cambon © LE MIDI LIBRE

Parmi eux, l’écrivain américain Russell Banks, qui, même si il a été très ému et choqué par l’attentat contre Charlie Hebdo, explique pourquoi il a tout de suite été contre la remise de ce prix : « Historiquement ce prix a toujours été donné à des journalistes qui ont mis en jeu leurs vies pour améliorer vraiment le sort des citoyens. » Et d’ajouter : « Ce n’est plus une question de liberté d’expression. Ce que fait Charlie Hedo n’a rien d’essentiel pour la population française ou celle du monde. Ils sont tout à fait libres de le faire, mais nous n’avons pas à les récompenser pour ça. »

 

Dans cette pétition, de grand noms également comme Joyce Carol Oates, Peter Carey, Juno Diaz ou encore Michael Ondaatje, accusent Charlie Hebdo d’avoir pu causer  avec les caricatures de Mahomet « une plus grande humiliation et d'une plus grande souffrance» à une catégorie de la population française, « dont une large partie est musulmane pratiquante» et de s’être attaqué à «une partie de cette population française déjà marginalisée et rendue victime ». Les signataires indiquent qu’ils ne combattent pas Charlie Hebdo mais qu’ « il y a une différence entre soutenir une liberté d'expression qui va à l'encontre de l'acceptable et récompenser une telle liberté d'expression ». Une pétition aussitôt dénoncée par des auteurs comme Salman Rushdie et plusieurs éditorialistes américains.

Nous reviendrons sur ce débat dans le journal de la culture avec l’écrivain Russell Banks, signataire de la pétition contre le prix à Charlie Hebdo et Michael C. Moynihan, éditorialiste américain pour The Daily Beast, proche de Salman Rushdie et auteur d’une tribune contre la pétition des 204 écrivains.

 

Dans son numéro paru en kiosque ce 6 mai, “Charlie Hebdo” répond à Emmanuel Todd – récemment auteur de “Qui est Charlie ?” – et aux écrivains américains qui boycottent le prix du courage décerné au journal satirique.

Dans son numéro paru en kiosque ce 6 mai, “Charlie Hebdo” répond à Emmanuel Todd – récemment auteur de “Qui est Charlie ?” – et aux écrivains américains qui boycottent le prix du courage décerné au journal satirique.

 

( et achetez CH , c'est encore mieux)

L'écrivain algérien Kamel Daoud vient de recevoir le Goncourt du Premier roman pour "Meursault, contre-enquête" (Actes Sud). Ce roman, écrit en miroir du roman d'Albert Camus "L'Etranger", est une réflexion sur l'identité algérienne contemporaine. Kamel Daoud, qui est visé par les intégristes musulmans dans son pays, est notre invité.

"Je suis quelqu’un qui défend la liberté, mais en même temps faire de « Je suis Charlie » une sorte de religion et d’inquisition, cela me dérange, je n’aime pas les inquisitions", déclare Kamel Daoud sur France 24. "« Je suis Charlie» est en train de devenir une sorte d’inquisition et cela est très mauvais car les inquisitions rejettent les grands esprits, les esprits critiques et les esprits libres".

Par Sylvain ATTAL

 

la vidéo en dessous...

Dans “l’après-Charlie”, il y a deux camps, et aucun ne fait du bien. Les écrivains qui critiquent PEN pour avoir primé Charlie font preuve de la lâcheté morale de l’élite littéraire anglo-saxonne. Ils semblent croire que les sentiments des gens, et dans cette affaire les sentiments de musulmans, sont au-dessus de la liberté d’expression. Si l’autocensure primait sur la liberté d’expression, ce serait la mort de la littérature, de l’art et du journalisme, qui devraient jouir de la liberté d’explorer toutes les idées.

http://www.courrierinternational.com/article/polemique-dans-lapres-charlie-il-y-deux-camps-et-aucun-ne-fait-du-bien

Mais l’autre camp, les pro-Charlie, a transformé “Je suis Charlie” en dogme. Ils disent effectivement : “Vous êtes avec nous ou contre nous.” Or le dogme est l’ennemi de la pensée libre. Charlie ne doit être ni diabolisé ni béatifié, il doit être défendu – c’est le cas pour toute personne dont la liberté d’expression est menacée.

En vrac: je n'aime pas ceux que j'appelle les procureurs qui eux savent qui est Charlie (et surtout qui ne l'est pas)..Ceux qui pensent pour des morts en se posant en héritiers auto proclamé..je préfère penser par moi même . Mon indignation /ma peine lors du 7/1 n'était pas contre quiconque , j'étais triste , très triste à deux niveaux. Choquée qu'on s'en prenne a des journalistes/caricaturistes .....à la liberté d'expression , la liberté tout court. Et triste qu'on s'en prenne à des personnes dont j'appréciais le travail , qui pour Cabu/ Wolinski a accompagné ma vie ......

Je sais , je vous déçois pas de quoi écrire un livre..que voulez vous je ne suis pas une intellectuelle (une manuelle non plus d'ailleurs).

Charlie Hebdo entre polémique inquisition...pour la réflexion

Juste un mot sur Luz..Il ne veut plus dessiner Mahomet no Sarko.

Discussuion petit joueur ou pas sur internet..

Et les cocos , c'est un artiste , il ne peut pas dessiner sans envie...

Ensuite , qui est on pour lui faire la leçon?

Alors on lui fiche la paix sur ce sujet ..