Le modèle alimentaire français : l'élevage des poules pondeuses

par Framboise et Chocolat  -  29 Juin 2015, 10:45  -  #ethique animale

Le modèle alimentaire français : l'élevage des poules pondeuses

"Les poulets ont certainement plus d'aptitudes que ce qu’en connaît le public. Je pense vraiment qu'ils sont injustement décriés. Nous avons cette protection psychologique qui consiste à dévaloriser les animaux que nous utilisons pour produire de la viande, ainsi nous ressentons moins d'inquiétude à leur sujet"
-

Dr Siobhan Abeyesinghe, Royal Veterinary College (Londres)

Les poules comptent parmi les animaux les plus étudiés. Pourtant leurs capacités émotionnelles et leur intelligence sont très peu connus du public. Découvrez ces oiseaux étonnants.

Les poules sont douées d'empathie

Des études ont montré que lorsque leurs poussins sont en situation de détresse, les poules sont capables de ressentir l'état émotionnel de leurs petits, et s'inquiètent pour eux. Leur rythme cardiaque s'accélère et elles émettent des gloussements en direction des poussins. Dans ces études, leur réaction empathique était déterminée par deux choses : d’une part les signes de détresse manifestés par les poussins (Edgar et al., 2011) ; d’autre part, par la connaissance qu’ont les poules du danger encouru par les poussins, que ces derniers en aient conscience (et poussent de ce fait des cris de détresse) ou non (Edgar et al., 2013).

Les poussins savent compter...

Peu de temps après la naissance, les poussins savent compter jusqu'à cinq (Rugani et al., 2009). Lorsqu'on cache, sous leurs yeux, des objets avec lesquels ils aiment jouer (en l'occurrence des capsules plastique de « Kinder Surprise ») derrière des panneaux opaques, les poussins se dirigent derrière le panneau contenant le plus d'objets. L'expérience a été reproduite avec des objets de tailles différentes (pour vérifier qu'ils dénombraient bien chaque élément). Dans une troisième expérience, on a déplacé plusieurs fois les capsules d'un écran à l'autre pour simuler des additions et des soustractions. Trois-quarts des poussins ont réussi cet exercice de calcul mental et se sont dirigés vers le panneau derrière lequel se trouvaient le plus de capsules Kinder.

Ces expériences montrent également que les poussins ont conscience qu'un objet continue d'exister lorsqu'il n'est plus dans leur champ visuel, compétence que les éthologues appellent « la permanence des objets », et que les humains développent aux alentours de 12 mois. Les poussins perfectionnent cette compétence en explorant leur environnement, et, une fois qu'ils ont pris de l'assurance, en quittant le champ visuel de leur mère pendant des périodes de plus en plus longues.

... et observent pour apprendre

Les poussins apprennent beaucoup de leur mère par observation. Ils apprennent auprès d'elle ce qui est comestible, par exemple. De manière générale, les poules et poulets apprennent par observation et imitation. Il suffit que quelques poules acquièrent un comportement pour que celui-ci se répande dans tout le groupe ou tout l'élevage. Dans des conditions expérimentales, il a été constaté que les poules peuvent aussi apprendre en observant le comportement de congénères sur un écran de télévision (PMAF, n.d.).

Univers sensoriel

Les poules ont une vue et une ouïe très développées (bien qu’elles n’entendent pas les sons les plus aigus, au-delà de 12 000 Hz). Alors que les humains ont dans leur rétine trois sortes de cônes (des neurones sensibles au rouge, vert, bleu), les poules ont cinq sortes de cônes (sensibles au rouge, vert, bleu, ultraviolet, mouvements), c’est pourquoi elles perçoivent très bien les couleurs et les mouvements. Du fait de la position latérale de leurs yeux, elles ont un champ visuel plus large que les humains. Leur odorat n'est pas particulièrement développé.
La communication se fait principalement par des signes visuels et auditifs, tels que les postures et les vocalisations.

 

Les poules savent compter

Et leur vie :

Le modèle alimentaire français : l'élevage des poules pondeuses

Abattoir de poules pondeuses

A l'âge de 68 semaines environ, qu'elles soient issues d'élevages intensifs en cage, d'élevages au sol, d'élevages en plein air ou bio, les poules finissent leurs jours à l'abattoir.

Les poules sont ramassées et entassées dans des caisses. Le ramassage, effectué à grande vitesse par des travailleurs recrutés pour l’occasion, donc inexpérimentés, se fait rarement en douceur. Il occasionne souvent des fractures aux pattes, surtout pour les poules pondeuses qui ont vécu un an en cage.

Le transport vers les abattoirs se fait parfois sur de longues distances pour aller là où le "cours de la poule de réforme" est le plus avantageux, mais elles sont rarement achetées plus de 15 centimes d'euro pièce par les abattoirs.

Là, elles sont sorties des caisses, suspendues à des crochets sur une chaîne automatique. Elles sont ensuite plongées dans un bain à électronarcose, saignées, déplumées, éviscérées puis conditionnées pour la consommation.

Alors n'hésitez plus à essayer des recettes qui ne nécessitent pas d'oeufs ! C'est encore le meilleur moyen d'éviter cette boucherie !

Les alternativesc: choisir ses oeufs, mieux s'en passer:

Le modèle alimentaire français : l'élevage des poules pondeuses
Le modèle alimentaire français : l'élevage des poules pondeuses
Le modèle alimentaire français : l'élevage des poules pondeuses
Un élevage de poules pondeuses en France. Généralement, on appelle ça un charnier. source L214

Un élevage de poules pondeuses en France. Généralement, on appelle ça un charnier. source L214