Les mauvaises excuses pour justifier l'exploitation des animaux.N°1

par Framboise et Chocolat  -  4 Juin 2015, 16:21  -  #ethique animale, #Aymeric Caron., #Matthieu Ricard

Que vous ayez annoncé à votre entourage tout de go votre végétarisme/lisme ou que vous ayez mis plus de temps , vous avez sans doute eu droit aux mêmes remarques! Alors que personne ne s'occupait de votre santé , votre entourage va s'inquièter de vos apports en protéines, vos carences en B12... 

 

Une partie est reprise dans le bingo ci-dessous:

Les mauvaises excuses pour justifier l'exploitation des animaux.N°1

Après vient le moment des interrogations sur votre engagement , entre le rejet (vous devenez donc un/une dangereuse extrémiste ) , une prise de conscience du comportement  schizophrénique  de leur comportement (entre l'amour pour leur toutou et leur steak dans leur assiette), la culpabilité ...et les mauvaises excuses.

Je vous propose de les examiner :

 

Numéro 1: Nous avons le droit d'exploiter les animaux comme bon nous semble car nous sommes beaucoup plus intelligent qu'eux.

Si pour exercer un travail , l'intelligence est un facteur essentiel ; en quoi cela devrait il intervenir en matière d'exploitation , de souffrance ?

Poussons le bouchon très   loin :  si je suis très intelligent j'aurai donc le droit de manger toutes personnes affichant un QI moins élévé? Ou du moins de les maltraiter sans aucun égard pour leur souffrance? Non bien sûr.

Alors pourquoi agissons nous de manière différente avec les animaux. ?

Pour Charles Pepin , toutes les espèces animales (dont l'homo sapiens) partagent des intérêts fondamentaux :

 

Les mauvaises excuses pour justifier l'exploitation des animaux.N°1
Les mauvaises excuses pour justifier l'exploitation des animaux.N°1

Matthieu Ricard l'affirme aussi.

Le seul fait qui devrait guider nos choix est que tous les êtres conscients éprouvent le désir naturel de vivre et de ne pas souffrir

Matthieu Ricard "Plaidoyer pour les animaux" p113

Peter Singer considére que seule la capacité à ressentir la souffrance doit entrer en ligne de compte.

Si un être souffre, il ne peut y avoir aucune justification morale pour refuser de prendre en considération cette souffrance. Quelle que soit la nature d'un être, le principe d'égalité exige que sa souffrance soit prise en compte de façon égale avec toute souffrance semblable .

P Singer "La libération animale"

Enfin Jeremy Bentham (philosophe anglais 1748/1832 ) l'évoquait déjà au 19ème siècle:

La question n'est pas : peuvent ils raisonner? Ni peuvent ils parler ? mais peuvent ils souffrir?

Les mauvaises excuses pour justifier l'exploitation des animaux.N°1
Texte fortement inspiré , résumé de en fait ..p111 à115 à lire!!!

Texte fortement inspiré , résumé de en fait ..p111 à115 à lire!!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :