Querelle chez les végés

par Framboise et Chocolat  -  6 Juin 2015, 19:33  -  #ethique animale, #Matthieu Ricard, #Peter Singer, #Gary Francione

Sur ma page FB je lis un message posté par une amie: un appel pour une pétition...

 

 

 

La lecture des commentaires ne furent pas tous unanimes , allant du traditionnel "fait" à " pétition welfarisme que je ne signerai pas ". Pour les non initiés "welfariste" apparait comme un peu obscur .

Alors que quoi s'agit il?

En matière d'éthique animale , si nous simplifions , deux courants essentiels s'affrontent welfarisme et abolitionnistes...

  Matthieu Ricard en a fait une définition (légèrement partisane):

"(...) Les welfarismes visent par des réformes à améliorer les conditions des animaux utilisés par l'homme sans pour autant remettre le système en cause et les abolitionnistes (...)ils prônent la suppression de toute forme instrumentalisation des animaux. Pour donner un exemple historique, les welfarismes parlaient de rendre la traite des esclaves plus « humaine ». Les abolitionnistes , traités alors d'extrémiste n'ont pas cherché à aménager la traite des esclaves , mais à abolir purement et simplement."

M Ricard, Plaidoyer pour les animaux.

Voilà la théorie; dans la pratique c'est plus compliqué.

Peter Singer est un pionnier de l'éthique animale et étiqueté comme welfarisme . Pourtant lorsque qu'on l'interroge sur la différence entre lui et Gary  Francione (chef de file des abolitionnistes).

 

 

 

« Pour ma part, je pense que nous devrions faire des progrès où nous le pouvons, je soutiens donc les réformes ayant pour but de donner de meilleures conditions de vie aux animaux d’élevage, et je vois cela comme une étape pour aller vers l’abolition. Gary, lui, pense que c’est négatif de faire des progrès et voudrait que nous passions directement à l’abolition. Je ne pense pas que les choses fonctionnent de cette façon dans la société, vous n’aurez jamais un saut pareil, le progrès doit être fait étape par étape. Je dirais donc que nous avons le même but, mais que je pense que c’est nécessaire de franchir la première étape, puis la seconde, etc., pour arriver au même objectif. »

P Singer

Dans ce cas , les deux courants ont le même but,  l'abolition  mais deux stratégies différentes: réformiste ou révolutionnaire...ou  Peter Singer n'est-il pas le welfarisme pur jus que l'on pense.

Revenons à cette pétition : quels moyens employer ? . Améliorer les conditions de vie des truies seraient un progrès mais au final rien ne changerait quand au but de l'élevage des porcs. Un brin d'humanité dans un véritable enfer.

Pour ma part j'ai aussi connu la même mésaventure  lors d'un partage sur une page FB. J'ai eu droit à une attaque en régle des abolitionnistes.

J'ai en effet partagé la publication de L214 qui annonçait la fin de l'abattage des poussins mâles en Allemagne. Dès le troisième jour des scientifiques ont trouvé le moyen d'identifier le sexe des foetus des poussins afin d"éliminer ceux de sexe  masculin mais sans douleur contrairement à leur mise à mort juste après leur  naissance.

Amélioration qui  ne règle pas les autres problèmes éthiques lié à l'élevage des poules.

Il ne faut pas perdre de vue que l'élevage industriel a pour but de faire un maximum de profit. Chaque amélioration des conditions de détention des animaux  coutent chère, très chère aux industriels de l'agriculture. Est ce que ce ne serait pas un levier pour rendre « leur production  de malheur » moins rentable? (et parallèlement rendre les produits végés plus accessibles?).

En étant végés , en faisant baisser la demande de produits d'origine animale nous rendons, également,  cette industrie moins rentable.

 

Mais ne risquons pas de rendre l'élevage « acceptable »?

Toute exploitation des animaux par les hommes est moralement inacceptable  , aucun progrès ne pouvant , à mes yeux la justifier.

 

 En résumé , je suis  abolitionniste pragmatique donc welfarisme (comme A Caron).  L'abolition est le but , mais chaque progrès est bon à prendre pour les animaux.    Je préfèrerai qu'il n'y ait aucune élimination des poussins/foetus mâles mais je préfère qu'il n'y ai pas de souffrance lors de l'éviction des (foetus) mâles . J'aimerai que l'on puisse l'imposer à tous les pays. Et même plus , version conditions de vie trois étoiles pour nos poules pondeuses . Les coûts de production seraient tels que les industriels se détournerait d'une affaire peu rentable, tout comme les consommateurs du fait des prix de vente élevé.

  En résumé j'essaye de faire au mieux, loin des certitudes de certains abolitionnistes arc bouté , immobile, enveloppé dans leur certitude .  Ne choisissant pas  un catéchisme végé  en préférant la réflexion . Loin de la pureté des abolitionnistes pur jus autoproclamé du net ....

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Bernard Jean Caron 06/07/2015 10:49

J'ai apprécié votre article qui montre, une fois de plus, la complexité des problèmes et la difficulté devant une décision à prendre.

Nicart 08/06/2015 09:05

C'est toujours difficile de s'étendre sur ce sujet, et bien que le welfarisme est bon à prendre pour les animaux au moment T, il est vu comme une perte d'arguments des vg au profit des carnistes. Mélanie Joy voit plutôt ça comme un courant qui se rapproche dans nos attentes, mais au fond il se rapproche et donc nous perdons des arguments en quelque sorte.
Est-ce en donnant quelques droits aux animaux (rappelons qu'ils n'ont même pas le droit de vivre) qu'on obtiendra leur libération ?
C'est comme pour les oeufs, se bat-on pour que les gens achètent des oeufs catégorie 0 ? Ou nous battons-nous pour leur expliquer que non les oeufs, il n'y en a pas besoin ?
Le welfarisme comme il existe (soutenu en grande partie par le CIWF par exemple, qui n'hésite pas à démonter les végé au salon de l'agriculture et qui parle de bien-être animal alors qu'il n'en est rien) n'est pour moi qu'un leurre visant à se rapprocher d'une mentalité "les animaux sont bien traités donc no soucy", or qu'est-ce qu'être bien traité quand on est tué à seulement 6mois/1an...
On entend de plus en plus d'éleveurs parler du bien-être animal, c'est dire où va le welfarisme...
Pour moi le welfarisme c'est se tirer une balle dans le pied. Après j'avoue, quand on me dit que l'Allemagne va "à priori" cesser de broyer les poussins mâles à la naissance, ça me réjouit, tant de cruauté ne devrait être permis. Dure position n'est-ce pas pour des abolitionnistes ?
Merci pour ton article en tout cas, bien pensé.