Réchauffement climatique : pour Nicolas Hulot, -le changement est en marche"

par Framboise et Chocolat  -  11 Juin 2015, 16:08  -  #écologie

Pour le lancement de son opération #maplanete2050, France Info a reçu ce mercredi Nicolas Hulot, envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète. Pour lui, "les choses évoluent", mais lentement. "Les conditions d’existence de nos enfants vont se déterminer à Paris" en fin d'année lors de la Conférence Climat 2015.

En termes de réchauffement climatique, "l’humanité est au pied du mur", mais il y a une bonne nouvelle. Pour Nicolas Hulot, envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète, "le changement est en marche". Oui, "les choses évoluent", mais lentement. "C’est une telle remise en cause d’un modèle économique et énergétique qui a été la solution pour une partie de l’Humanité pendant 150 ans, que nos élites politiques et économiques sont parfois tétanisées". Les choses évoluent notamment sur le nucléaire, "dans la loi sur la transition énergétique, c’est une petite révolution à la française. On va baisser la part du nucléaire dans le bouquet énergétique de la France".

 

Paris Climat 2015 : l'étape importante 

Lundi, le G7 s’est prononcé en faveur d’une réduction de 40 à 70 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. "Ce qui est important, c’est que les pays les plus émetteurs, ceux qui sont au G20 (qui représentent 70% des émissions) et qui ont une responsabilité historique sur la situation climatique, fassent plus d’efforts", estime Nicolas Hulot. Ces pays "doivent assumer cette responsabilité historique pour aider les pays les plus vulnérables à s’adapter à une situation qu’ils n’ont pas provoquée". Le G7 s’est également engagé à limiter le réchauffement climatique de 2°C. Un objectif dur à atteindre selon Nicolas Hulot car il imposerait à l’humanité de renoncer "volontairement à exploiter 70 % des énergies fossiles".
 
Un des étapes importantes, c’est la conférence sur le Climat 2015 à Paris en décembre prochain. "En France, on est focalisés sur ce qui va se passer dans deux ans, à savoir l’élection présidentielle, alors que ce qui va se passer à Paris conditionne beaucoup plus l’avenir de la France", déclare-t-il. Pour le président de la Fondation Nicolas Hulot, "les conditions d’existence de nos enfants vont se déterminer à Paris".