L'histoire de petit navire et la pêche au thon.

par Framboise et Chocolat  -  14 Août 2015, 08:55  -  #ethique animale, #écologie, #ECOnomie et développement durable

L'immense majorité du thon Petit Navire est pêché avec une méthode dévastatrice pour les océans : les dispositifs de concentration de poissons.
Les DCP pillent les ressources de poissons et génèrent énormément de prises accessoires, des espèces non visées par les thoniers industriels, qui sont remontées à la surface puis rejetées à la mer mortes ou mourantes.
Ils maximisent les prises des thoniers, ce qui affaiblit considérablement les stocks de thons.
Nous demandons à Petit Navire d'arrêter de se fournir en thon pêché avec des DCP et de passer à une méthode de pêche durable.
VOUS pouvez agir ! Demandez à Petit Navire d'arrêter le carnage : http://grnpc.org/IgHq4

La technique de pêche utilisée par "petit navire" est destructrice pour les fonds marins, les poissons, les océans. Et comme le dit P Watson " Si les océans meurt , nous mourrons"...

 

Mais au delà il y a ses tonnes de poissons qui finissent dans nos assiettes ou rejeté à la mer ..

Nous sommes moins sensibles à la douleur des poissons ; d'ailleurs pendant longtemps on s'est demandé s'ils la ressentaient. Maintenant il est certains que les poissons souffrent , même si cette douleur est muette à nos oreilles. l'article ci dessous l'explique:

 

 

 


Leur corps (celui des poissons) parle
Une équipe de l’Institut Roslin et de l’université d’Edimbourg a démontré à travers ses expériences la perception de la douleur chez les poissons. À cette occasion, les chercheurs ont identifié 58 zones dans leur tête qui réagissent à différents stimuli. Le biochimiste australien Franck Hird confirme que dépourvus de récepteurs de la souffrance les poissons ne pourraient pas survivre. La peur poussera, par exemple, un vairon à fuir devant l’odeur d’un brochet à l’approche. Des recherches réalisées à l’université d’Utrecht ont démontré qu’ils ressentent « l’angoisse lorsqu’ils sont entravés dans leur liberté de mouvement ou qu’ils sont menacés ». Leur fréquence cardiaque augmente, le rythme de leur respiration s’accélère. Lorsqu’ils sont blessés, ils halètent, se torde (..)
Prise de conscience
S’il est difficile de mesurer leur souffrance à l’aune des mesures utilisées pour les humains, le doute n’est toutefois plus permis. Les législateurs s’emparent d’ailleurs du sujet. La Suisse a modifié, en septembre 2008, sa loi sur la protection des animaux pour y inclure les poissons en qualité d’êtres sensibles à la douleur. Et, en janvier 2009, l’Union européenne a adopté l’avis commandé à un groupe scientifique (AHAW) sur « le bien-être des poissons » dans lequel les chercheurs admettent que la notion de bien-être doit être la même quel que soit l’animal utilisé pour l’alimentation humaine.

http://www.one-voice.fr/oceans/poissons-la-souffrance-muette-3/

Donc on résume , notre boite de thon "petit navire" est écologiquement une catastrophe et elle est un concentré de souffrance....