Crise des réfugiés, ou des politiques d’asile ?

par Framboise et Chocolat  -  3 Juin 2016, 07:53  -  #Droit de l'homme

L'auteur : Karen Akoka

Karen Akoka est sociologue, maîtresse de conférence en science politique à l’Université de Paris Ouest Nanterre et chercheure à l’ISP - l’Institut des Sciences sociales du Politique (UMR7220). Elle est l’auteure d’une thèse soutenue en 2012 intitulée « La fabrique du réfugié à l’Ofpra : du consulat des réfugiés à l’administration des demandeurs d’asile (1952-1992) » et a publié des articles sur les questions d’asile et d’immigration dans plusieurs espaces nationaux (France, Chypre, Israël) dont : « Pour une histoire sociale de l’asile politique en France », in Pouvoirs n°144, 2013 (avec Alexis Spire) ; « Régime de confinement et gestion des migrations sur l’île de Chypre » in L’espace politique n°25, 2015 (avec Olivier Clochard) et « La demande d’asile en Israël » in Cambrezy L., et al. (dir.) L’asile au Sud, La Dispute, 2008, 224 p.

Qu’est-ce qu’un réfugié ? Comment le distinguer du migrant ou du demandeur d’asile ? Comment ces notions ont-elles évolué au cours du XXe siècle ? La sociologue Karen Akoka revient sur le travail institutionnel de distinction entre bon et mauvais réfugié pour éclairer l’actuelle « crise » des migrants en Europe.

De la variabilité des définitions…

Cette liste non exhaustive des fluctuations du terme réfugié, invite à penser cette catégorie comme le résultat de configurations et de rapports de forces par définition toujours changeants. En s’arrêtant sur plusieurs moments de la « trajectoire » de cette catégorie on saisit mieux à quel point, loin d’avoir émergé de manière spontanée et de constituer des réponses neutres, les définitions qui se sont succédées les unes aux autres sont liées aux États qui les énoncent, aux principales fonctions que ceux-ci s’assignent, aux grands principes idéologiques sur lesquels ils reposent et à l’état de leurs relations diplomatiques avec les pays d’origine des populations à qui ils réservent ou refusent le qualificatif de réfugié.

http://www.laviedesidees.fr/Crise-des-refugies-ou-des-politiques-d-asile.html

… à la variabilité des interprétations

Bien loin d’une définition universelle, la qualification comme réfugié apparaissait ainsi comme le résultat d’un processus à l’intersection entre, d’un côté, des choix subjectifs et de l’autre, des dispositifs d’action publique participant à l’orientation stratégique des étrangers selon leurs groupes d’appartenance, les besoins et les intérêts supposés de la période.

La rigidification des catégories depuis les années 1980

 

Si les années 1950-1980 sont une période d’interprétation souple de la Convention de Genève et de grande porosité entre les catégories, l’image du réfugié de cette période restée dans la mémoire collective est celle du dissident individuellement menacé, incarné par la figure du refuznik soviétique. Et c’est à partir de cet archétype du réfugié, largement éloigné de ce que fut la réalité quotidienne de la demande d’asile durant cette période, que sont jugés les requérants aujourd’hui. C’est ainsi que s’est construite en creux la figure du « faux » : celui qui ne serait pas individuellement persécuté mais qui chercherait à échapper à des violences collectives ou à la misère économique.

L’analyse historique révèle donc qu’il n’y a ni « vrais » déguisés en faux, ni « faux » déguisés en « vrais », ni institutions autrefois indépendantes et désormais sous contrôle. Ce n’est pas la fin de l’indépendance mais au contraire le changement de subordination des institutions de l’asile qu’exprime l’augmentation des taux de rejets depuis les années 1980 : le passage de leur subordination aux politiques diplomatiques marqué par un nombre élevé d’accords dans le contexte de la Guerre froide, à une subordination aux politiques migratoires marqué par un nombre élevé de rejets dans le contexte de la crise économique et de l’institution de l’immigration comme problème public.

http://www.laviedesidees.fr/Crise-des-refugies-ou-des-politiques-d-asile.html

Du « problème » communiste au « problème » islamiste : ruptures contemporaines

Un des enseignements de l’analyse historique est que le nombre importe peu lorsqu’existe une volonté politique, comme le montre l’exemple des demandeurs d’asile « ex-Indochinois ». Mais l’analyse historique invite également à poser l’hypothèse du passage d’un problème communiste à un problème islamiste comme nouveau sous-bassement idéologique sous-tendant la détermination du statut de réfugié.

http://www.laviedesidees.fr/Crise-des-refugies-ou-des-politiques-d-asile.html

C’est davantage dans les nouveaux principes et nouvelles pratiques institués par l’accord UE-Turquie du 18 mars 2016 que semble se dessiner la véritable rupture. En stipulant que tous les migrants, Syriens et demandeurs d’asile compris, arrivés en Grèce après le 20 mars 2016, peuvent être renvoyés en Turquie, l’accord propose en effet une solution inédite. Il ne s’agit plus de différencier entre bons réfugiés à accueillir et mauvais migrants à refuser mais de renvoyer les candidats à l’asile en amont de ce tri, Syriens (c’est-à-dire réfugiés en puissance) inclus. Car les Syriens, figures contemporaines du réfugié légitime, obtenaient jusqu’ici une protection juridique dans les grands États de l’UE, dès lors qu’ils réussissaient à rejoindre son territoire. L’accord UE-Turquie (qu’il soit ultérieurement révoqué ou non) a ainsi ouvert une nouvelle brèche : l’idée qu’il ne suffirait plus, ni d’atteindre l’Europe pour avoir le droit d’y demander l’asile, ni d’y être considéré comme un réfugié pour avoir le droit d’y rester. Ladite « crise des réfugiés », qu’aucune donnée sérieuse ne vient (comme on l’a vu) attester, apparaît ainsi bien davantage comme une crise des politiques de l’asile.

http://www.laviedesidees.fr/Crise-des-refugies-ou-des-politiques-d-asile.html