FN et le droit des femmes

par Framboise et Chocolat  -  9 Février 2017, 16:11  -  #Anti-FN., #Fn., #FN et désinformation, #fact-checking

On actualise le précédant article avec une petite vidéo fb...

En fait, suffit-il de présenter le logo de sa seconde campagne présidentielle - la rose bleue – comme un « symbole de féminité dans une élection » et de se définir comme une « femme française libre, qui a pu jouir toute sa vie durant des libertés très chères, acquises de haute lutte par nos mères et nos grands-mères » pour convaincre les électrices ? Ce que Marine Le Pen fait dans une tribune libre parue sur le site de L’Opinion (13 janvier 2016) après les agressions sexuelles dont été victimes des centaines de femmes la nuit de la Saint-Sylvestre, notamment à Cologne. La présidente du FN ne se contente pas d’alerter « sur une nouvelle forme de la régression sociale, humaine et morale que nous impose la crise migratoire, crise qui n’est pas une fatalité, mais l’œuvre d’une politique voulue, effrayante par son aveuglement ». Elle cible ouvertement les réfugiés, ces « criminels », qui « méprisent ouvertement les droits des femmes ».

La sémantique adoptée et adaptée montre, une nouvelle fois, l'exploitation d'une thématique pérenne - la lutte contre l'immigration - par le biais de l'instrumentalisation d'une autre. Au nom de la défense du droit des femmes, le FN s’arroge une lutte et un héritage. D’ailleurs, dans sa tribune, la présidente du FN s’appuie sur les propos d’Élisabeth Badinter et de Simone de Beauvoir. Ses positions sur l’interdiction dans l’espace public du voile religieux porté par certaines femmes musulmanes et de la djellaba - considérés comme des « signes religieux ostentatoires » - sont à décrypter pareillement. Il s'agit de mettre en avant une femme menacée... En somme, d'opter entre la femme libre et moderne et la femme voilée, « opprimée » et soumise ; de faire le choix entre le national et l’islam.

En courtisant les femmes, le FN veut apparaître tel un parti s’imposant comme un des symboles du combat pour leurs droits. Son histoire et ses marqueurs politiques contredisent ce positionnement. Le féminisme n'est qu'une excuse pour le FN.

http://blog.francetvinfo.fr/derriere-le-front/2016/11/25/le-fn-symbole-de-la-lutte-pour-le-droit-des-femmes.html

Le programme du FN ne fait aucune place aux femmes en tant qu’individus autonomes : il les réduit à un rôle maternel et les cantonne au foyer. Dans la droite ligne du Front national depuis trente ans.

  • Une «politique nataliste»
  • Un revenu parental... pour les «femmes au foyer»
  • De même, la création d’un revenu parental, qui permettrait «de choisir librement entre l’exercice d’une activité professionnelle et l’éducation de leurs enfants», laisse entendre qu’il faut choisir entre vie professionnelle et vie familiale. Présenté comme étant destiné aux pères comme aux mères, il s’adresse en réalité aux «femmes au foyer», si l’on écoute Marine Le Pen. Elle évoque «un salaire maternel»Présent le 21 décembre 2010), et «un salaire minimum qui serait accordé aux femmes qui font le choix d'élever leurs enfants» (sur RMC, 9 janvier 2012). Coût de la mesure : 15 milliards d'euros. Par ailleurs, ce revenu parental (80 % du Smic pendant trois ans à partir du deuxième enfant) n'est qu'une déclaration d'intention puisqu’il sera mis en œuvre «dès que les finances le permettront», sans autre précision.

  • La parité, «racisme inversé»
  • Dans sa partie «laïcité», Marine Le Pen mélange allègrement laïcité, communautarisme, lutte contre la «diversité» et «parité», qui font partie, selon elle, de «cette idéologie différentialiste et multiculturelle, qui n’est qu’une forme de racisme inversé». «Les premières victimes en sont les hommes blancs hétérosexuels», lit-on dans son projet.

  • Silence sur les inégalités salariales
  • Si elle propose d’abaisser l’âge de la retraite pour les mères ayant élevé au moins trois enfants ou ayant élevé un enfant handicapé, la candidate frontiste est silencieuse sur les inégalités salariales entre les hommes et les femmes. «Qu'est-ce que vous voulez ? Qu'on égalise les salaires alors que tant de gens sont au chômage ?», a déclaré Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du FN en charge des affaires sociales, dans le magazine Causette.

  • Le déremboursement des «IVG dit de confort»

( et la vasectomie de confort , tu connais? )