Sivens , suite.vidéo-analyse Bové - décision petit barrage

par Framboise et Chocolat  -  6 Mars 2015, 11:05  -  #écologie

Sivens , suite.vidéo-analyse Bové - décision petit barrage

Environ 100 gendarmes se sont mobilisés mercredi sur le site de Sivens pour empêcher tout affrontement entre les militants anti-barrages et les agriculteurs. A Gaillac, situé à une vingtaine de kilomètres de Sivens, 200 pro-zadistes s'étaient rassemblés pour organiser un convoi de ravitaillement pour les militants, postés sur les terres des agriculteurs. Ils ont été bloqués par les forces de police. Le Conseil général du Tarn étudiera ce vendredi les projets alternatifs à la retenue d’eau.

L'intervention de Jose Bové.

Sur la décision (qui n'avait pas été encore annoncée):José Bové espérait que le conseil allait

entériner la fin du premier projet et alternative pour le prochain conseil.

La solution qui consistait a construire un projet plus petit sur le même site lui paraissait le plus mauvais, pour plusieurs raisons.

Dans ca cas il faudra recommencer l'enquête d'utilité public ( c'est reparti pour 3 ans) et les mêmes problèmes vont se poser: écologique bien sur...(et avec la CEE également)

Un adage du droit administratif français: Ouvrage public mal bâti ne se démonte jamais"

José Bové

Sivens : ce sera un projet de barrage réduit

Le conseil général du Tarn a décidé vendredi d'abandonner son projet initial de barrage controversé à Sivens et a accepté de le "redimensionner" comme le préconisaient les experts mandatés par la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal.





Les élus ont voté par 43 voix sur 46 en faveur de la résolution proposée par le président socialiste du conseil général, Thierry Carcenac, de faire le choix d'une "retenue d'eau redimensionnée" sur la zone du projet initial. L'exécutif départemental a par ailleurs exigé de l'Etat qu'il procède "sans délai à l'expulsion des occupants sans droit ni titre". Le conseil général a opté pour la solution d'un réservoir réduit sur le site de Sivens, de préférence situé 330 mètres en amont du projet initial. Il a écarté l'autre solution proposée par les experts, jugée plus coûteuse et plus longue à mettre en oeuvre, un ensemble de trois retenues latérales ou collinaires dont une à Sivens, et les deux autres à proximité.





Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et le président de la FNSEA, Xavier Beulin, avaient auparavant appelé au calme sur la zone de Sivens, où la tension est très vive entre les agriculteurs et les opposants au projet de barrage.

France Inter

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :